LE STYLE PAR... LOLA : ÉCLECTIQUE ET RÉTRO



Qui est Lola ?


Vaste question !


Je suis une jeune femme (peut être plus si jeune), métisse, à l’imagination débordante (parfois un peu paralysante), qui a grandi en Ardèche avec sa mère et son petit frère, et qui nourrit depuis l’enfance une sensibilité particulière pour le vêtement et la mode.

Je dirais que ce sont les principaux éléments qui font qui je suis.



Comment décrirais-tu ton style ?


Aujourd’hui je le décrirais comme éclectique avec une touche retro. J’aime bien jouer avec les codes de la féminité : la taille marquée, des boucles d’oreille imposantes, des foulards, des motifs floraux, des choses un peu romantiques … Mais j’aime aussi intégrer des éléments un peu androgynes, oversize, tailoring.


Ça dépend de mon humeur, de la saison, de l’occasion.


Mais la ligne directrice dans tous mes looks c’est le côté vintage. Je porte toujours au moins une pièce que j’ai acquise de seconde main et ça fait vraiment partie de mon esthétique. Au point que j’ai parfois eu du mal à porter certains vêtements achetés neufs parce qu’ils faisaient trop neuf justement, presque pas authentiques. Sans aller jusqu’à porter des choses abimées, j’aime que les vêtements aient été un peu patinés, assouplis d’avoir été portés. Qu’ils se soient faits au corps humain finalement.


Quelle relation as-tu avec la mode ?


Je dirais que c’est une relation fusionnelle, omniprésente. J’adore les vêtements depuis que je suis toute petite, en grandissant j’ai découvert une passion pour la mode des podiums, puis pour le vintage, l’histoire de la mode, les matières, les métiers, la conservation … la liste est longue.

J’aime m’habiller et dénicher des pépites à intégrer à mon dressing, bien sûr, mais j’aime tout le microcosme qu’est la mode. Je trouve que c’est un monde passionnant sur le plan sociologique ou historique, impressionnant sur le plan marketing, fascinant sur le plan créatif et artistique. Et surtout c’est pour moi une source inépuisable d’émerveillement et d’apprentissages.




Quelle est la trouvaille vintage dont tu es la plus fière ?


C’est difficile de n’en nommer qu’une. Mais celle qui m’a rendue la plus fière est certainement une veste Mugler que j’ai achetée dans la boutique vintage à Lille … sans savoir qu’elle était griffée. L’étiquette avait été enlevée (je n’ai pas trouvé de défaut donc peut être venait elle d’un stock d’invendus) et je n’avais pas vu le logo avec le M et l’étoile sur la fermeture.


Mais j’ai été séduite par la silhouette sablier très emblématique, du tissage pied de poule et du col en fausse fourrure. J’avais d’ailleurs fait la remarque au vendeur qu’elle faisait très Mugler.


Et ce n’est que plus tard, en faisant un tour sur Vestiaire Collective que j’ai vu la même, 200€ plus chère, avec l’étiquette toujours cousue et le nom de la marque sous la photo. Je suis d’abord tombée des nues, puis je me suis sentie très fière d’avoir su la trouver et l’apprécier sans son étiquette.


Parce que même si je sais que je suis capable d’apprécier des pièces de luxe pour la simple qualité de leurs matières et de leurs coupes, je sais aussi que comme beaucoup je peux être influencée par le marketing et la simple apposition d’un label. Mais cette fois ci, je suis sûre que j’ai acheté cette veste simplement parce que je la trouvais belle.



Si tu pouvais voyager dans le temps, quelle époque aimerais-tu découvrir ?


Impossible de choisir. Il y a eu tellement d’évolutions de la fin du 19ème à aujourd’hui que je voudrais parcourir toutes les époques pour les comprendre. La multitude des toilettes début 1900, l’opulence et l’air de liberté des années 20, la rigueur des années 40, la nouvelle envie de féminité des années 50, le minimalisme d’une part et le futurisme d’autre part des années 60, La fluidité, les couleurs, l’audace des années 70, la démesure des années 80 … chaque époque a une spécificité que je trouve intéressante et quitte à rêver de voyager dans le temps, pourquoi se limiter à une seule période ?



Quel est le "futur de la mode" pour Lola ?


Que ce soit du côté confection ou consommation je pense que le futur de la mode doit être recentré sur ce qu’un vêtement implique en termes de temps, de ressources, de savoir-faire … Et ce peu importe la gamme. J’adore les vêtements mais je ne trouve pas de sens à une production si massive que celle qui existe aujourd’hui (encore une fois, peu importe la gamme). Nous sommes complètement déconnectés de la valeur des choses, on ne sait plus réparer, adapter ou entretenir nos vêtements. Ce sont des biens jetables … qui devraient pourtant être conçus pour durer !


Mais je pense que si l’on veut redonner du sens et de la valeur aux produits il faut remettre en lumière les techniques et les personnes qui participent à leur fabrication. La fast-fashion a donné l’illusion d’une solution pour s’habiller avec style à moindre coût, mais elle nous a fait perdre la relation qu’on pouvait entretenir avec un vêtement.


Plus que raisonnée, je pense que la mode doit se réinventer de façon humaine, conscientisée.



Une conclusion ?


Les vêtements font partie de quotidien de tout le monde (de la grande majorité en tout cas). Que l’on en ait conscience ou pas, et pour peu que l’on ait la liberté de les choisir, ils peuvent être source de joie, témoigner du passé, symboliser des moments de notre vie, nous aider à accomplir des choses ou encore nous aider à nous réaliser.


Alors chérissons les.



Les Robeuses


Lola est sur instagram : @lolamrc

Toutes les photos nous ont été fournies par Lola.